Consultations de Passeport Canada sur les services de passeport

Rapport d’entrevues en profondeur

Préparé pour Passeport Canada
Janvier 2010

Sommaire

Passeport Canada a chargé Phoenix Strategic Perspectives Inc. de mener une recherche sur des questions relatives au nouveau passeport électronique de 10 ans que le ment du Canada compte instaurer en 2011. L’objectif consistait à examiner les perceptions des Canadiens à l’égard du passeport amélioré ainsi qu’un certain nombre de problèmes liés aux services, avant le lancement du passeport. Les résultats permettront à Passeport Canada de mieux comprendre les perceptions du public à l'égard de la nouvelle période de validité et du produit amélioré et de prendre des décisions éclairées concernant la mise en oeuvre du passeport électronique de 10 ans et l'élaboration de messages connexes.

Le présent rapport contient les résultats d’un ensemble de 20 entrevues approfondies menées du 6 novembre au 21 décembre 2009. Les entrevues ont été effectuées auprès de représentants de l’industrie du voyage et du tourisme. La recherche était de nature non pas quantitative, mais plutôt qualitative. Les résultats indiquent les points de vue des participants au sujet des questions examinées mais on ne peut les généraliser en les appliquant aux publics visés par la recherche.

Ces entrevues faisaient partie d’un programme de recherche comprenant une enquête par téléphone et un ensemble de groupes de discussion composés de membres du public. Les résultats d’autres aspects de la recherche sont disponibles et font l'objet d'un document distinct.

Perceptions à l’égard des passeports en général et du passeport canadien

Selon les participants, la plus importante caractéristique d’un passeport est sa capacité de faciliter l’entrée dans un pays donné. Pour bon nombre de participants, cela suppose que le passeport soit à jour par rapport aux normes de sécurité reconnues à l'échelle internationale. Bon nombre de participants ont également mentionné qu’un passeport était un document d’identité important, tandis que quelques personnes ont fait valoir qu’il s’agissait du seul document d’identité reconnu à l’étranger.

Quand on a abordé le passeport canadien, ce sont sa réputation et sa reconnaissance à l’échelle internationale qui ont été jugées comme étant des caractéristiques importantes. Les participants, dans la description des avantages principaux du passeport canadien, ont souvent souligné la possibilité d’entrer facilement dans d’autres pays et de voyager sans visa. Bon nombre de participants ont également parlé de sa durabilité à titre de document de voyage. La plupart des participants ont ffirmé que le passeport canadien ne leur posait aucun problème, mais bon nombre d’entre eux ont aussi indiqué que sa période de validité devrait être prorogée à 10 ans.

Perceptions générales à l’égard du nouveau passeport

La plupart des participants ont indiqué qu’ils étaient au courant de l’intention du gouvernement du Canada d’introduire un nouveau passeport d’ici 2011. La prolongation de la période de validité était l’élément du nouveau passeport le plus souvent cité.

On a demandé aux participants de lire une brève description du nouveau passeport proposé et les réactions initiales étaient positives, voire très positives dans la plupart des cas. Par ailleurs, deux éléments du passeport amélioré ont suscité des réactions positives, soit l’aspect électronique et la période de validité prolongée. Cela dit, les participants ont soulevé un certain nombre de questions au sujet de quelques aspects ou éléments précis du passeport proposé.

Accent sur le passeport électronique

L’idée du passeport électronique a suscité une réaction générale positive, mais les participants ont soulevé un certain nombre de questions à cet égard. Règle générale, les préoccupations liées au passeport électronique reflètent celles que le public a exprimées dans les groupes de discussion. Au nombre de ces préoccupations figurent la question de la sûreté et de la sécurité des renseignements contenus dans la puce, les problèmes potentiels qui peuvent surgir si la puce est endommagée, les questions concernant l’utilisation, et des situations et des scénarios qui pourraient se présenter (p. ex. qu’adviendrait-il si les renseignements contenus dans la puce et ceux de la page 2 ne correspondaient pas? Est-ce que la technologie du passeport électronique sera utilisée partout sur la planète? Qu’adviendrait-il dans les pays qui ne disposent pas de la technologie nécessaire pour accéder aux renseignements contenus dans la puce des passeports électroniques?) Par ailleurs, on a exprimé quelques préoccupations au sujet du fait que les voyageurs s’attendront à ce que des professionnels de l’industrie du voyage répondent à ces questions. Un certain nombre de participants ont suggéré que Passeport Canada fournisse un bref document de questions et réponses aux professionnels de l’industrie du voyage afin que ces derniers puissent répondre aux questions des voyageurs.

Chez les organisateurs de voyages, les coûts liés au nouveau passeport revêtaient une importance particulière, car le coût du passeport influe sur la probabilité de voyager surtout en ce qui a trait aux voyages en famille, et cela est donc important pour leur entreprise.

En ce qui a trait aux avantages perçus de l’aspect électronique du passeport proposé, les participants ont été nombreux à mentionner ce qui suit : traitement plus rapide au point d’entrée, conformité aux normes internationales, préservant ainsi la réputation très enviable du passeport canadien, augmentation de la sécurité et prévention de la fraude et de l'usurpation d'identité.

Prolongation de la période de validité

Tous les participants ont réagi positivement à l’idée de proroger la période de validité du passeport à 10 ans. Cela dit, les participants ont soulevé certaines questions à cet égard, presque toutes au sujet des changements qui peuvent survenir au cours d’une période de 10 ans et des répercussions qu’ils peuvent entraîner (p. ex. changement du visage, changement de nom par suite d’un mariage ou d’un divorce, dégradation de la puce électronique au fil du temps).

Les avantages principaux associés à un passeport de 10 ans ont fait l’unanimité, notamment la période de validité prolongée, ce qui diminue le nombre de fois que l’on doit présenter une demande de passeport. D’autres avantages perçus ont été mentionnés moins souvent, y compris l’harmonisation du passeport canadien avec celui d’autres pays délivrant des passeports ayant une période de validité de 10 ans, les économies réalisées du fait de n’avoir à présenter qu’une demande tous les 10 ans et le service plus rapide en raison de la diminution des files d’attente lorsque l’on présente une demande de passeport.

La réaction positive à l’idée d’avoir un passeport de 10 ans se reflète dans le fait que tous les participants ont choisi la période de validité de 10 ans lorsqu’on leur donnait le choix entre cette option et la période de validité de 5 ans. Quand on leur a demandé la raison pour laquelle ils avaient fait ce choix, ils ont répété ce qu’il considérait comme le principal avantage d’un tel passeport, soit une plus grande commodité. Quelques-uns ont résumé leur préférence en affirmant que toute mesure qui facilite les voyages pour le public ou qui rend les voyages plus commodes les aide en tant que professionnels travaillant dans l’industrie du voyage et du tourisme.

Questions connexes

Les participants ont indiqué diverses façons dont Passeport Canada pourrait informer les professionnels de l’industrie du voyage et du tourisme de questions d’intérêt ou qui s’avèrent pertinentes pour eux d’une manière économique. La façon la plus fréquemment suggérée consistait à publier un avis dans des publications ou des sites Web de l’industrie du voyage et du tourisme. Bon nombre de participants ont également suggéré de s’adresser à des associations professionnelles et d’afficher un avis ou des renseignements sur le site Web de Passeport Canada.

Quand on a abordé les façons de consulter les représentants de l’industrie et d’entreprises au sujet du nouveau passeport de 10 ans, les participants ont mentionné habituellement les entrevues en profondeur, les brèves enquêtes et les groupes de discussion à titre de moyens de consultation. Bon nombre de participants ont également mentionné les conférences, les séminaires, les ateliers et les tables rondes organisés par Passeport Canada en collaboration avec des associations de l’industrie, comme celles mentionnées précédemment.

On a indiqué aux participants qu’il existe différents modèles d’établissement de prix que Passeport Canada pourrait adopter pour régir l’augmentation des coûts liés au passeport. On leur a présenté les trois approches suivantes pour obteniur réaction :

  • Le système actuel, où les augmentations de prix sont relativement rares et donc assez importantes quand elles surviennent.
  • L’établissement d’un calendrier régulier d’augmentations de prix, qui serait fixé environ à tous les cinq ans. Il prévoirait une série de petites augmetations de prix qui seraient mises en oeuvre régulièrement (p. ex. chaque année ou tous les deux ans).
  • La mise en oeuvre d’augmentations de prix périodiques (p. ex. tous les deux ans) en fonction du taux d’inflation.

La plupart des participants ont indiqué qu’ils préféraient l’établissement d’un calendrier régulier d’augmentations de prix, qui serait fixé environ tous les cinq ans. De cette manière, les augmentations seraient relativement prévisibles et permettraient à l’industrie de se préparer pour qu’elle puisse anticiper les changements de prix. Cette solution, ainsi que la question des options d’établissement de coûts en général, intéressait beaucoup les organisateurs de voyages, qui s’inquiétaient du fait que les augmentations de coûts du passeport influeraient sur le volume de voyages et donc sur leur propre entreprise.

Certains participants préféraient des augmentations de prix périodiques à des augmentations peu fréquentes mais importantes. Cependant, ils n’ont pas exprimé de réelle préférence pour un calendrier régulier d’augmentations de prix ou pour des augmentations périodiques en fonction du taux d’inflation. Ce qui leur plaisait dans ces deux options, notamment à ceux qui préféraient le calendrier régulier, était l’introduction d’un certain degré de prévisibilité des augmentations de prix.

Quelques participants n’avaient pas d’opinion arrêtée ni de réelle préférence à l’égard des solutions proposées.